Objectif et présentation de la campagne du MAN

L’objectif de la campagne du MAN est d’exiger des pouvoirs publics une loi avec décret d’application, qui interdise toute publicité destinée aux enfants de moins de 12 ans. Une telle loi existe déjà en Suède, pour les chaînes du service public et les chaînes commerciales, pourquoi pas aussi en France ?

Plus de pub destinée aux moins de 12ans !

L’objectif de la campagne du MAN ne prend pas parti pour ou contre la pub sur les chaînes du service public et/ou les chaînes privées ! Mme Bachelot veut rassurer les parents avec une mesure non contraignante pour les publicitaires. Cette initiative n’est que du vent, mais l’argumentation de la Ministre de la santé vient renforcer le fait qu’il y a donc bien un danger sanitaire avec la pub destinée aux enfants. À un vrai problème le gouvernement répond par une mauvaise solution. La seule bonne solution est de légiférer, en interdisant toute pub destinée aux enfants. Les enjeux financiers sont si énormes que les pouvoirs publics français ne pourront suivre l’exemple de la Suède que si la population établit un rapport de forces favorable au projet de loi proposé par le MAN.

L’objectif de la campagne du MAN, Télé : pas de pub destinée aux enfants, a donc le mérite d’être en phase avec l’actualité faite par M. Sarkozy et Mme Bachelot. Le MAN s’invite dans le débat qu’ils ont provoqué - et s’appuie même dessus-, mais le MAN ne s’y embourbe aucunement puisque l’objectif de sa campagne est de faire une proposition concrète qui n’entre pas dans les gesticulations de M. Sarkozy et Mme Bachelot.

La campagne du MAN "Télé : pas de pub destinée aux enfants" est faite pour durer, tant que le gouvernement n’aura pas promulgué une loi, avec décret d’application, interdisant sur toutes les chaînes la pub destinée aux enfants de moins de 12 ans.

  • Moyens d’actions

- L’heure de silence

Pour rendre populaire sa campagne, les groupes MAN sont invités à faire, chacun chez eux, des heures de silence. Il suffit d’être au départ 4 ou 5 volontaires, mais tant mieux si ton groupe commence avec 10 personnes. L’heure de silence, c’est simple, typiquement non-violent, et peut faire boule de neige rapidement dans ta commune.

- Opération cartes postales

La campagne du MAN se fait en envoyant des cartes postales au Président de la République, au président de l’Assemblée nationale et au CSA - la quatrième carte étant destinée au MAN, comme lors de la Campagne Israël-Palestine. (voir document à télécharger ci-dessous)

  • Les enfants et la télé
JPEG - 9 ko

La télévision se présente comme un phénomène de société. La télévision est un outil de communication et d’information, pour une vie culturelle sociale et politique. Elle est également un moyen de divertissement. Or, elle est devenue un vecteur de violence.

Les enfants regardent la télévision en moyenne 2h 30 par jour. Les adultes encore plus, mais nous avons choisi, pour la campagne du MAN, de ne porter notre attention que sur les enfants de moins de 12 ans.

Les experts nous disent qu’un enfant de moins de 8 ans ne fait pas la distinction à la télévision entre la réalité ou une fiction, et qu’il lui faut avoir 12 ans pour commencer à nourrir un esprit critique à l’égard de ce qu’il voit et entend en provenance du célèbre petit écran.

  • La publicité, violence télévisée

Parmi les violences que la télévision véhicule, il y a celle de la publicité qui a pour but de capturer l’enfant en le captivant.

Comment un jeune enfant peut-il résister à la vue des 60 spots publicitaires du mercredi matin, vantant sodas pétillants, crèmes onctueuses, vêtements dernier cri ?

Toute la publicité destinée à être vue par les enfants est à considérer, selon Blandine Kriegel, comme « une violence télévisée qui ne reflète pas la demande du public, mais qui est le produit d’un système de marketing. Cette violence exerce un effet d’incubation culturelle en contribuant à long terme à une dévalorisation du monde ». Obésité, déstructuration des repas, mise à mal de l’autorité parentale, etc. la publicité destinée aux enfants est à considérer comme une violence majeure que presque personne ne débusque, critique ou combat.

L’ouvrage « La violence à la télévision » est ici à lire ; il s’agit plus précisément du rapport demandé par le Ministre de la culture à une commission présidée par Blandine Kriegel (PUF, 2003). Blandine KRIEGEL, idem, p. 35